Newsletter – Avril 2018

FAVORISER L’ACCES AUX PRODUITS D’ASSURANCE POUR LES TRAVAILLEURS MIGRANTS 

ADA et Democrance s’associent sur un nouveau projet visant à favoriser l’accès à des produits d’assurance aux travailleurs migrants, grâce une solution technologique innovante liée aux transferts d’argent.

Ce projet s’adresse aux travailleurs migrants indiens et philippins basés aux Emirats Arabes Unis et a pour objectif de protéger les revenus et les activités des membres de leurs familles restés au pays.

ADA et son partenaire Democrance, une startup basée à Dubaï disposant d’une plateforme informatique offrant des produits d’assurance aux populations à faible revenu au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, disposent de 18 mois pour mettre en place le projet, à compter de novembre 2017.

Cette initiative a pu voir le jour grâce à une réponse à l’appel à projets « Scaling Up REmittances (SURE): Promouvoir des systèmes de transferts d’argent et des canaux d’investissement innovants pour les migrants dans les économies rurales », financé par le Fonds International de Développement Agricole (FIDA)  ̶  une agence spécialisée des Nations Unies dédiée à éradiquer la pauvreté dans les zones rurales des pays en développement  ̶ , en partenariat de co-financement avec la Commission Européenne, le Gouvernement du Luxembourg et le Ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération espagnol.

https://www.ada-microfinance.org/fr/nos-projets/nouveaux-produits-de-microfinance/microassurance/microassurance-asie-sud-ouest

AMELIORER LE FONCTIONNEMENT DE LA MICROFINANCE GRACE AUX NORMES UNIVERSELLES ET L’OUTIL CERISE-SPI4  

La microfinance fonctionne-t-elle toujours ? Le thème de l’édition 2017 du Baromètre de la Microfinance est sans conteste provocateur. Cette question suppose que la microfinance a “fonctionné” par le passé et soulève une autre question : fonctionné dans quel sens, exactement ?

Cette question ne date pas d’hier. Beaucoup d’efforts (et d’argent) ont été investis pour tenter de démontrer l’impact de la microfinance au cours des deux dernières décennies, avec un succès relativement faible. Les problèmes de méthodologie, les coûts élevés et le manque de résultats applicables ont conduit de nombreuses organisations à abandonner leurs efforts pour prouver l’impact, et à se concentrer plutôt sur l’amélioration des pratiques. Cette approche est connue sous le nom de performance sociale et se base sur l’idée selon laquelle pour que la microfinance “fonctionne”, il est nécessaire de définir ce que cela signifie et de pouvoir mesurer les progrès accomplis.

Aujourd’hui, le secteur de la microfinance dispose d’un cadre objectif pour évaluer et comparer la performance sociale. En mai 2017, cet outil a été utilisé par plus de 300 institutions dans près de 90 pays dans le monde entier, créant une base de données de scores de performance sociale comme référentiels.

Les rapports SPI4 ont aidé des organisations comme Responsible Microfinance Facility (fondé par l’AFD), Opportunity International, ACEP, et des investisseurs comme REGMIFA, FEFISOL, GCAMF et I&P à identifier les risques sociaux et à définir une assistance technique ciblée.

http://gca-foundation.org/actualites/Ameliorer-le-fonctionnement-de-la-microfinance-grace-aux-Normes-Universelles-et-loutil-CERISE-SPI4

LE PARTAGE DES DONNEES SUR LE CREDIT DANS L’UEMOA ET L’AMELIORATION DE L’INCLUSION FINANCIERE

La Banque Centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) abrite une conférence portant sur le “partage des données sur le crédit dans l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA). La rencontre est organisée par l’institution bancaire en collaboration avec la Société Financière Internationale (SFI).

L’objectif de cette rencontre de Dakar est d’échanger sur les voies et moyens pouvant permettre une croissance réelle et inclusive des économies des États. La conférence “se situe en droite ligne des actions initiées par les Hautes autorités de l’Union pour améliorer le financement des économies des États membres en vue de favoriser une croissance économique plus rapide et plus inclusive”, a dit Jean-Baptiste Compaoré dans son discours d’ouverture.

https://mali7.net/2017/06/01/le-partage-des-donnees-sur-le-credit-dans-luemoa-et-lamelioration-de-linclusion-financiere-au-coeur-dune-conference-au-siege-de-la-bceao-a-dakar/

LE SYSTEME REGIONAL DE PAIEMENT DE L’UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) DEVRA INTERCONNECTER LES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES (SFD) DE L’UEMOA  AU PLUS TARD FIN  AOUT 2019.   

A travers un  système régional de paiement qu’elles ont mis en place, la Banque africaine de développement (BAD) et la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’ouest (BCEAO) espèrent améliorer le taux d’accès aux services financiers fournis par les SFD dans  un espace communautaire qui enregistre  un taux de bancarisation relativement bas et un taux de croissance  qui figure parmi  les plus élevés en Afrique subsaharienne. Ainsi, elles ont créé, depuis février 2017, un cadre réglementaire et juridique  favorisant la démultiplication  des innovations financières, tout en accordant une place importante au secteur privé dans la création de richesses et d’emplois durables ainsi que dans l’amélioration des revenus, notamment ceux des exploitations agricoles familiales et des micros et petites et moyennes entreprises. Le Projet d’appui à la promotion de l’accès des institutions de micro-finance au système de paiement régional de l’UEMOA est actuellement à sa phase pilote mais  à terme, il devra parachever l’intégration économique de la zone, au delà de l’inclusion financière des populations. Ainsi, il  vise à renforcer les capacités des Systèmes Financiers Décentralisés (SFD)  à mettre en place des solutions et mécanismes permettant l’accès desdits SFD au système de paiement régional de l’UEMOA.  D’une durée de trois ans, chiffré à hauteur de 3,9 milliards de franc CFA, il  est couvert par un  don du Fonds Africain de Développement (FAD) au compte de cet espace communautaire qui  connaît un essor fulgurant  par rapport aux autres zones monétaires du continent.

http://www.pmeafricaines.com/2018/01/bad-bceao-accompagnent-sfd-de-luemoa/

Evénements à venir

Conception et mise en œuvre d’un programme de gestion des groupes d’épargne
Type: Formation
Organisateurs : MAIN, University of New Hampshire, Carsey School of Public Policy & Plan International Bénin
Lieu : Bénin
Date : 16-20 Avril 2018

Système d’Information et de Gestion de projet en microfinance communautaire
Type : Formation
Organisateurs: MAIN, University of New Hampshire, Carsey School of Public Policy & Plan International Bénin
Lieu: Bénin
Date: 23-27 Février 2018

Entreprenez Votre Vie (EVV)
Type: Formation
Organisateurs: MAIN, University of New Hampshire, Carsey School of Public Policy & Plan International Bénin
Lieu: Bénin
Date: 23-27 Février 2018

Finance digitale
Type: Formation
Organisateurs: MAIN & GAMF
Lieu : Bukavu , RDC
Date: 4-8 juin 2018

Mobilisation de l’epargne
Type: Formation
Organisateurs: MAIN & AEMFI
Lieu : Addis Ababa, Ethiopia
Date: 12-15 juin 2018